Menu
A+ A A-

Le projet BRT expliqué à la Commission Urbanisme, Habitat, Equipement et Transports de l’Assemblée nationale du Sénégal

Thierno Birahim Aw dg CETUD

Le Directeur général du Conseil Exécutif des Transports Urbains de Dakar (CETUD), Dr. Thierno Birahim Aw, a présenté, le mercredi 23 janvier 2019, dans toutes ses dimensions, le projet du Bus Transit Rapid (BRT) aux membres de la Commission Urbanisme, Habitat, Equipement et Transports l’Assemblée nationale. Une occasion pour les parlementaires de saluer l’option prise par le Gouvernement d’investir prioritairement sur les transports de masse. 

Les députés membres de la Commission de Urbanisme, Habitat, Equipement et Transports de l’Assemblée nationale ont massivement répondu à l’invitation du Directeur général du Conseil exécutif des Transports urbains de Dakar (CETUD) qui leur a fait une présentation détaillée du projet de Bus Transit Rapid (BRT). Ouvrant les débats, le Président de ladite commission, Nicolas Ndiaye, est revenu sur les conditions difficiles actuelles de circulation dans la capitale sénégalaise, marquée notamment par des embouteillages et des bouchons constatés à l’entrée comme à la sortie de Dakar. C’est pourquoi, il a salué la pertinence du projet BRT qui, à son avis, apportera une solution à la lancinante question liée à la mobilité urbaine à Dakar. L’usager pourra se déplacer demain dans les meilleures conditions de régularité, de sécurité et de confort a-t-il rajouté. « Il nous appartient, nous députés, de vulgariser en expliquant l’importance du BRT aux populations », a soutenu M. Ndiaye. Pour lui, si chacun veut utiliser son véhicule pour se déplacer à Dakar, la ville va tout simplement être paralysée par la congestion automobile. Ainsi, il souligne qu’un système de transport de masse comme le BRT permettra de résoudre cette préoccupation. Dans sa présentation, le Directeur général du CETUD, Thierno Birahim Aw, a expliqué le contexte de mise en œuvre du BRT. Il précise que c’est un projet structurant du PSE, mis en cohérence avec le TER et la restructuration globale du réseau de transports publics pour constituer un réseau métropolitain hiérarchisé et répondant aux exigences de qualité de service d’une ville moderne et compétitive. L’investissement global porte sur 306 milliards de FCFA pour desservir sur un linéaire de 18,3 km, entre la gare routière de Petersen et la Préfecture de Guédiawaye, 23 stations en acheminant 300 000 voyageurs par jour.
Les opérateurs locaux (DDD et AFTU) sont parfaitement intégrés, d’une part, à travers leur participation dans la société de projet qui sera mise en place pour l’exploitation du BRT et, d’autre part, via les lignes de rabattement qui leur seront confiées exclusivement. 

Thierno Birahim Aw dg CETUD

Le BRT pour fluidifier la circulation dakaroise

Réduire de moitié la durée des trajets dans les transports publics (47 minutes au lieu de 95 minutes), entre la préfecture de Guédiawaye et la gare routière de Petersen aux heures de pointe, est un des ob jectifs majeurs du projet BRT. La construction de cette ligne dédiée à des services de bus capacitaires (150 passagers par bus) à haut niveau de fréquence permettra de répondre à l’accroissement de la demande de déplacements alors que l’offre actuellement déficitaire encourage l’utilisation de modes irréguliers. Il faudrait aussi souligner que le BRT sera favorable au report de la voiture particulière vers les transports publics.
Avec les 5 millions d’habitants attendus à Dakar à l’horizon 2030, il fallait une vision et une option volontariste d’aménagement du territoire (avec la création de pôles urbains à l’Est de l’agglomération dakaroise) accompagnée par la mise en place de lignes structurantes de transports publics (TER et BRT).

Vers un système multimodal Ter-Brt

En charge de l’organisation et de la régulation des transports publics urbains, le Conseil exécutif des Transports urbains de Dakar (Cetud) déclare avoir réalisé une étude stratégique de restructuration du réseau de transport en commun en cours d’approfondissement avec les bailleurs de fonds (Banque mondiale et AFD). L’objectif est de promouvoir une o re de transport multimodale, avec un plan de rabattement e cace (lignes, fréquences, etc.) pour alimenter des stations identifiées du Train express régional et du Brt. Il s’agit de définir des mesures préférentielles pour les itinéraires de bus afin de rendre efficaces les réseaux de rabattement.

Le démarrage des travaux prévu dans le second semestre 2019

Face aux parlementaires, le Directeur Général du CETUD, Thierno Birahim Aw, a annoncé que les travaux de réalisation du BRT devront commencer dans le second semestre 2019. « Les marchés sont lancés ; les entreprises pré-qualifées pour l’exécution des travaux recevront le DAO d’ici la fin du mois de janvier pour entamer la seconde et dernière étape qui mènera à l’attribution du marché fin avril 2019 suivant notre planification », a indiqué M. Aw. S’agissant de la mise en œuvre de la libération des emprises le long du corridor, le DG du CETUD a indiqué que le processus est en cours dans un cadre apaisé avec l’accompagnement des autorités administratives ; les commissions de conciliation ont démarré depuis le 4 mai 2018. Pour ce qui concerne le recrutement de l’opérateur en charge de l’exploitation du BRT, la phase de pré-qualification a été bouclée et le Dossier d’appel d’offre a été remis en décembre 2018.

Satisfecit des parlementaires au projet BRT

Dans leur intervention, les parlementaires ont salué la pertinence du projet BRT qui, selon eux, contribuera à l’amélioration des conditions de mobilité dans la capitale. Toutefois, certains d’entre eux, à l’image de Cheikh Abdou Mbacké Bara Doly, ont demandé l’implication des entreprises nationales dans la réalisation du BRT. Ils ont également invité le CETUD à prendre en compte les personnes à mobilité réduite afin de leur faciliter un accès aux bus. D’autres députés comme Anta Mbengue ont demandé à ce que les populations soient sensibilisées sur les enjeux du projet BRT. Les parlementaires sont une partie prenante importante dans le dispositif de concertation déployé pour la bonne mise en œuvre de ce projet du Plan Sénégal Emergent (PSE). A travers cette rencontre avec les députés, nous avons voulu prendre en compte l’ensemble des préoccupations et contributions dans le cadre de l’opérationnalisation de notre Plan d’Engagement des Parties prenantes a souligné le Directeur Général du CETUD, avant de rassurer les honorables députés sur la prise en charge, dès la phase conception, des différentes préoccupations évoquées par les équipes techniques. 

 

 

 

Données personnelles

Le CETUD, dans le cadre de l’exercice de ses missions, peut avoir à traiter vos données personnelles. Pour toute réclamation, opposition ou demande de suppression concernant vos données personnelles, veuillez-vous adresser au CETUD à l’adresse électronique suivante : cetud@cetud.sn. Vous aurez une réponse dans un délai de 3 mois maximum à partir de la date de réception de votre requête.

Best gambling websites website