Menu
A+ A A-

Modernisation du parc de transport urbain à Dakar

L’Etat du Sénégal a entrepris, depuis 2005, un vaste programme de renouvellement de la flotte pour moderniser les transports urbains et professionnaliser les acteurs. L’objectif poursuivi est d'améliorer la sécurité, le confort, l'efficacité, l'accessibilité et la qualité environnementale de la mobilité urbaine.

Le Conseil Exécutif des Transports Urbains de Dakar (CETUD), Etablissement public à caractère professionnel, a été désigné pour piloter le programme limité à Dakar dans un premier temps, avant d’être étendu aux capitales régionales par la suite.

A Dakar, les transporteurs ont été organisés autour de 14 GIE puis fédérés au sein de l’Association de Financement des Professionnels du Transport Urbain (AFTU).

 

Les types de véhicules renouvelés

• Les minibus de transport urbain des opérateurs privés

Le renouvellement du parc a démarré par les ‘’cars rapides’’ et les ‘’ndiaga ndiaye’’ qui étaient devenus très vétustes. Sur un programme de 3000 "cars rapides" et " ndiaga ndiaye", 1607 ont été jusque-là renouvelés en trois phases.

 

• Le matériel roulant des opérateurs publics

L’effort de modernisation du parc a également concerné les opérateurs publics. Ainsi, la Société Dakar Dem Dikk (DDD) a vu son parc être renforcé progressivement de 409 autobus en 2005, 235 en 2012 et 475 en 2015. Le Petit Train de Banlieue (PTB sa) a été doté en 2011 de 4 nouvelles rames réversibles composées chacune de 2 motrices première classe climatisée et de 2 voitures seconde classe ventilées pour un coût de 5 milliards de Fcfa.

 

• Les taxis de banlieue

Dans la banlieue de Dakar, le CETUD, sur instruction de l’autorité de tutelle, a mis en place un système moderne de transport de proximité de voyageurs. Une première phase test a permis d’introduire dans les départements de Rufisque et de Pikine, vingt (20) véhicules Magic de la firme TATA, taxis de banlieue, dans l’optique de remplacer les véhicules « clandos ».

Les minibus de transport urbain : montage institutionnel et financier

La Banque Mondiale, EXIM BANK CHINA et la Banque Régionale des Marchés BRM (Banque locale), ont été respectivement les partenaires pour chaque phase :

• 505 minibus de marque TATA LP 613 ;

• 402 minibus de marque KING LONG ;

• 700 minibus de marque TATA LP 913 et 613.

Les deux premiers financements ont été accordés à l’Etat du Sénégal qui les a rétrocédés à l’Association de Financement des professionnels du Transport Urbain (AFTU). Le troisième financement découle des remboursements des transporteurs transformés en fonds revolving avec l’autorisation de l’Etat du Sénégal. 

Le coût d’un taxi de banlieue

Le coût du véhicule négocié avec Tata est de 6 000 000 F CFA TTC. La Mutuelle d’Epargne et de Crédit des Transporteurs (MECTRANS), principal partenaire de cette première phase, assure le financement à hauteur de 75% et l’opérateur donne un apport de 25% soit 1.5 million de F CFA par véhicule. Le crédit restant est échelonné sur 36 mensualités au taux de 11% l’an. Exceptionnellement, grâce à l’intervention du CETUD, l’apport personnel a été ramené à 875 000 FCFA.


Trois organes ont été créés pour la gestion du mécanisme :

  • un Comité de Crédit présidé par le ministère de l’économie, des finances et du plan à travers sa direction de la coopération économique et financière, qui a pour mission de valider les demandes de crédit des transporteurs ;
  • une Commission de Réforme du parc chargée de l’évaluation des véhicules et de la détermination du montant de la prime à octroyer.
  • Une commission de suivi et de destruction physique des véhicules, présidée par le ministère de l’environnement et du développement durable à travers la direction des établissements classés. Celle-ci a la charge d’assurer le contrôle de l’opérateur qui effectue la destruction physique des véhicules retirés ainsi que de l’ensemble du processus mis en place pour mener à bien la dite opération de destruction.

La gestion administrative, financière et comptable du mécanisme est confiée à un Cabinet d’Expertise Comptable qui assure la mise en place des crédits, l'élaboration des états financiers et le suivi des remboursements des transporteurs.

LE RENOUVELLEMENT A DAKAR
PHASE TYPE DE VÉHICULE ANNÉE QUANTITÉ
PHASE I TATA 613 2005 505
PHASE II KING LONG 2008 402
PHASE III TATA LP913 2012 400
TOTAL 1 307
NOMBRE DE LIGNES 57
NOMBRE DE VOYAGEURS TRANSPORTES/JOUR 644 000
NOMBRE D’EMPLOIS GENERES 600

 

CRITERES D’ELIGIBILITE

Pour bénéficier d’un financement par crédit-bail, l’opérateur doit :  

  • être membre d’un des GIE ;
  • justifier d’un agrément de transport délivré par la Division régionale des Transports terrestres (DRTT) et valable cinq ans ;
  • disposer d’un «car rapide» immatriculé à son nom, avec une licence urbaine de transport en commun de personnes. Dans le souci d’un renouvellement effectif du parc, le véhicule doit être en état de rouler;
  • exploiter les véhicules sur les itinéraires des lignes concédées et dans le respect des clauses définies dans la convention de concession et le cahier des charges ;
  • maintenir en bon état les véhicules acquis. Des visites ponctuelles seront effectuées sur le terrain pour s’assurer de l’état des minibus ;
  • être disposé à participer au programme de formation (opérateur et personnel roulant), notamment aux sessions déroulées avant toute nouvelle livraison ;
  • faire entretenir le véhicule acquis par le concessionnaire du programme; et ce, durant toute la période de remboursement du crédit ;
  • assurer le véhicule acquis selon les conditions arrêtées ;
  • s’engager à signer au moins deux contrats de travail pour le personnel roulant (un chauffeur et un receveur) par minibus, dans les conditions arrêtées d’accord parties entre le CETUD, l’AFTU, les administrations concernées et les représentants des travailleurs.

 

Coût des minibus à Dakar

Le coût unitaire des minibus est de 23 300 000 FCFA. Chaque opérateur doit verser un apport de 20 à 25% du prix et le paiement du crédit restant est échelonné sur 60 mois.

 

LES PARTENAIRES

  • MECTRANS, Mutuelle d’Epargne et de Crédit des Transporteurs Elle a été mise en place en 2006 dans le cadre du Programme de modernisation du parc de transport urbain de Dakar. La MECTRANS compte 5294 adhérents et a injecté 7 689 004 372 Francs cfa dans le secteur des transports urbains au titre d’apport personnel pour les minibus et l’acquisition de taxis.

  • TRANSVIE, Mutuelle Sociale des travailleurs des transports et métiers connexes du Sénégal. Elle est forte de 7000 adhérents et 30 000 bénéficiaires. Le taux de prise en charge est de 90% dans les hôpitaux et 70% dans les centres de santé.

Données personnelles

Le CETUD, dans le cadre de l’exercice de ses missions, peut avoir à traiter vos données personnelles. Pour toute réclamation, opposition ou demande de suppression concernant vos données personnelles, veuillez-vous adresser au CETUD à l’adresse électronique suivante : cetud@cetud.sn. Vous aurez une réponse dans un délai de 3 mois maximum à partir de la date de réception de votre requête.

Best gambling websites website